5 takeaways of long term travels

Laurence Bolduc-Hénen —

Après avoir voyagé dans 12 pays et 4 continents en 16 mois, @laulbh, notre ambassadrice nomade, est de retour à Montréal. Nous lui avons demandé de partager avec nous ses 5 plus grandes réalisations que ce voyage autour du monde lui a apportées.

 

Voyager a toujours fait partie de ma vie, mais de quitter la maison sans destination exacte ni billet de retour est la plus belle chose qui me soit arrivée. C'était, de loin, ma plus belle expérience à vie.

Voici ce que j'ai doucement réalisé après mon départ...


Un mois plus tard...

La vie est faite de hauts et de bas. 

Ils font partie de nous. Peu importe où nous sommes dans le monde et ce qu'on fait, il y aura toujours des moments moins roses où on ne se sentira pas 100% heureux. J'ai longtemps pensé que de voyager à long terme me rendrait joyeuse 24 heures sur 24 / 7 jours sur 7. Mais non. C'est apaisant de réaliser que les moments où on se sent un peu maussade ne découlent pas de notre routine quotidienne, mais bien de notre état d'esprit (et que ça arrive même en voyage). Notre bonheur, on le créé.



Trois mois plus tard...

Transforme ta nostalgie en gratitude.

Jusqu'à mon départ, j'avais toujours fait partie de celles qui sont très nostalgiques au retour de voyage. C'est un sentiment tout à fait normal et très commun (surtout en revenant au Canada en plein hiver, au froid, après avoir passé tes dernières semaines sur la plage). Après 3 mois sur la route, j'ai réalisé que peu importe où je me trouvais, la nostalgie était tout de même présente : je m'ennuyais de l'endroit où je me trouvais la semaine d'avant. C'est là que j'ai compris que la nostalgie ne vient pas du retour à la maison et de la routine, mais bien de notre façon de penser. Voilà. C'est maintenant le temps de transformer ton réflexe de nostalgie en gratitude pour tous les endroits où tu as mis les pieds, les gens que tu as rencontrés et aux moments de bonheur que tu as vécus à l'étranger. Crois-moi, ça facilitera tous tes prochains retours à la maison.



Six mois plus tard...

Prendre le temps.

C'est une fois qu'on s'arrête, qu'on prend du recul et qu'on prend le temps d'absorber les endroits qu'on a visités, les expériences qu'on a vécues et les gens qu'on a rencontrés, qu'on réalise à quel point ce qu'on a vécu est précieux. N'essayez pas de visiter 30 destinations en 3 mois (oui, c'est exactement ce que j'ai fait au début de mon voyage). Voyager lentement est une façon rafraîchissante et apaisante de découvrir le monde. Au lieu d'être épuisé au retour, vous vous sentirez reposé. Vous aurez expérimenté votre destination plutôt que de l'avoir regardée.


Après douze  mois...

Rien n'est permanent.

Et c'est ce qui crée la magie. Imaginez si le coucher de soleil durait 12 heures chaque jour, plus personne ne s'émerveillerait devant le ciel orange-rosé tous les soirs. Le fait d'avoir une date de retour, de savoir que ça ne durera pas toujours, nous fait apprécier chaque minute qui passe. Bien qu'on voudrait que certains moments durent toujours, c'est le fait qu'ils sont passagers qui les rend si précieux.


Après 16 mois...

Ne t'oublie pas.

C'est probablement ma plus grande réalisation de ce voyage : c'est facile de s'oublier dans notre quotidien. Voyager est une merveilleuse façon de prendre du recul face à nos inquiétudes quotidiennes et de redéfinir nos désirs et notre façon de vivre. Donnez-vous le droit de ne pas être certain(e)s, de changer d'idée, d'avoir des projets et de vous remettre en question.

 Bon voyage,

 Laurence xo

@laulbh
@offtoplaces