Erika Drolet

June Swimwear —

Grande voyageuse et goal getter, Érika s'est créé un mode de vie à l'image de ses rêves et objectifs. Elle a grandit au Canada, mais elle a passé les 10 dernières années à vivre autour du monde. Passionnée d’aventures, de surf, de conditionnement physique et d’optimisation de soi. Elle est co-fondatrice de Salty Souls Experience  et du Salty Club ainsi qu'une professeure de yoga certifiée et entraîneuse de Ginastica Natural. 


JS: Quel est ton modèle préféré June Swimwear et pourquoi?
ED: Le bas Bas de Bikini Manue, pour sa polyvalence. Il est assez cutie pour se détendre et assez stable pour surfer! De plus, il est réversible. Win, win, win !

JS: Quel est ton surf spot préféré?
ED : Mon “homebreak” c’est à La Bocana, au El Salvador. C'est un A-frame, mais avec prédominance gauche - Ce qui est rare au Salvador. Je ne connais pas de vague aussi bien que je connais cette vague et pour cette raison, je m’y sens incroyablement bien.


JS: Où trouves-tu ton inspiration lorsque tu te sens en baisse d’énergie ? 
ED:  Je vais surfer. Je vais courir. Ou, si tout cela est trop difficile, je me pose doucement sur mon tapis de yoga. Bouger lentement, respirer, laisser tout couler. Le mouvement est à la fois ma drogue et mon remède.

JS: Quelle est ta prochaine destination sur ta bucket list ?ED: Afrique du Sud & Maroc!


JS: Quel artiste pourrais-tu écouter en boucle sans jamais te tanner?
ED: Ziggy Alberts, toujours.

JS: Quelle est la situation la plus drôle qui te soit arrivé lors d’un voyage ?
ED: Il m’est arrivé davantage d'histoires que ce dont j’arrive à me souvenir… Dix années de voyage dans la vingtaine te laissent avec un journal d’aventures loufoques assez épais!

Voici une histoire qui était un peu désastreuse mais qui s'est transformée en quelque chose de spécialement divertissant;

C'était la première année que nous organisions les expériences Salty Souls. J'avais 25 ans, histoire de vous mettre en contexte. Nous allions faire une randonnée sur un volcan avec un groupe. À mi-chemin, au beau milieu de nulle part, notre fourgonnette de 15 passagers est tombée en panne… Notre guide et moi nous sommes réunis, il m'a regardé et a dit: «Erika, on fait quoi?»

Je me suis dit: «DUDE, je ne sais pas, c’est toi le guide. C’est ton pays. Ta van louée. Je compte pas mal sur TOI pour trouver une solution !!!»

Il a fait quelques appels et a trouvé quelqu'un qui pourrait venir nous chercher, mais seulement 2 heures plus tard. Je répète, nous étions au milieu de nulle part et c’était censé être la meilleure journée d’aventure ever. De plus, nous étions tous affamés déjà!

Nous avons dû demander à nos participantes de nous aider à pousser la camionnette. Certaines poussaient, d’autres encourageaient en espagnol cassé. « Daleeee! »

Et puis, l'inattendu s'est produit. Un homme s'est arrêté pour offrir son aide. Il possédait étonnamment un pick-up premium Land Rover. Quelque chose que je n'ai jamais vu auparavant, qui pourrait loger 14 filles dans sa boîte! «Embarquez, je vous ramène à la plage» , nous a t-il dit!

Et c'est ce que nous avons fait.

Nous avons abandonné le beau plan que nous avions pour la journée. Nous nous sommes arrêtés pour acheter de la bières et des snacks «de survie» au premier petit magasin. Tous coincés dans la boîte du pick-up, nous avons roulé sur l'autoroute et dans le vent pendant des heures. Chanter, faire des blagues, rire fort de la situation. On se sentait vivantes!

C’était l’un des moments forts des 30 retraites que j’ai guidées!

JS: Comment arrives-tu à passer le temps durant un long voyage en avion?
ED : Heureusement, je suis une dormeuse! Je m'endors normalement avant le décollage et demande à être réveillé lors des repas